L’impact du Covid-19 sur les marchés boursiers peut-il mettre en péril votre prévoyance et vos placements ?

 

smi-05-2020

Ce graphique montre les très fréquentes variations des valeurs du Swiss Market Index (SMI). La tendance positive a toujours fini par l’emporter sur le long terme, même si cela ne saurait être garanti dans le futur!

Le SMI a chuté de 27% au mois de mars avec tendance à la stabilisation.

Entre le 20 février et le 16 mars, le SMI perdait -3043 points ou -27%. Notre partenaire Zugerbergfinanz -référence Suisse de la Gestion de fortune indépendante- se voulait déjà rassurant fin mars 2020 et titrait: « alors que la forte baisse des ventes pendant la crise financière mondiale (CFM) était due à un choc systémique de l’économie, le coronavirus est un choc temporaire qui s’estompera au fur et à mesure que le virus sera contenu et que nous reviendrons au business as usual ».

Le marché des actions a une nouvelle semaine de stabilisation derrière lui titrait en semaine 20/2020 Zugerbergfinanz, dans son rapport hebdomadaire, confirmant ainsi ses prédictions de fin mars.

Avec un creux à 9’174 points la semaine passée et un niveau de 9685 points au moment ou nous préparions cet article, l’indice Swiss Market Index (SMI) se trouve à mi-chemin entre son niveau le plus bas de 7’650 points et son record annuel de 11’270 points.

Quel est l’impact sur mon épargne retraite 3a/3b ?

Il faut naturellement analyser les marchés financiers tout en gardant en mémoire l’horizon de placement moyen de 30 ans des produits d’épargne retraite (capital versé à 59-64 ans pour les femmes et 60-65 ans pour les hommes), car la durée moyenne nécessaire pour lisser une baisse boursière importante est d’environ 15 ans !

La durée contractuelle des produits d’épargne 3a est en moyenne doublement plus longue que celle permettant en principe de lisser les variations boursières importantes. Dans la situation actuelle, on peut donc objectivement partir du point de vue que le rendement devrait largement être positif tenant compte d’une durée d’épargne restante se situant entre 20 et 30 ans.

Pour les épargnes dont la durée restante est situé entre 15 et 20 ans, elles ne seront très certainement que moyennement impactées et le rendement devrait là encore rester positif. L’explication ci-après permet de mieux comprendre pourquoi.

Même sans capital garanti, votre épargne retraite reste une solution sûre !

Si vous avez conclu un souscrit à un 3ème pilier 3a ou 3b qui ne garantit pas de capital à l’échéance et que votre épargne est investie en fonds de placements ou un autre instrument de placement similaire, la baisse du marché financier joue en votre faveur. En effet, avec la même somme épargnée tous les mois, une baisse importante des marchés boursiers est une réelle opportunité car elle permet d’acquérir tous les mois plus de parts à un coût inférieur par parts, qu’avant la baisse boursière.

Une épargne périodique investie dans des fonds de placements ou tout autre type de placement similaire permet donc de lisser la volatilité sur la durée.

Le cost average effect ?

La part d’épargne de chaque montant versé dans une épargne retraite liée à des fonds de placements ou produit similaire sera investie, Le prix moyen payé varie au fil des ans et des variations boursières. En clair, les mois où les cours boursiers sont bas, avec la même somme d’argent épargnée, un plus grand nombre de parts est acheté tandis que lorsque les cours boursiers sont élevés, un moins grand nombre de parts peut être acheté. De ce fait, sur le long terme, une variation boursière telle que celle que nous vivons aujourd’hui n’a en principe qu’une très infime incidence sur le capital perçu au moment de la retraite.

cost-average-effect

Ex: avec 150.- CHF/mois, vous achetez moins de parts lorsque le prix par part est élevé et plus de parts lorsque le prix est bas.

Qu’en est-il des personnes qui prendront leur retraite dans les 10 prochaines années ?

Pour ces contrats, plusieurs options sont possibles et cela dépendra de l’établissement ou le contrat de prévoyance a été perçu, du tarif conclu et du type de prestations prévues lors du retrait du capital (avec ou sans garantie).

Pour les contrats avec garantie de capital au moment du versement, cela ne représente aucun risque financier car le client percevra quoi qu’il en soit au minimum la somme garantie.

Pour les contrats sans garantie, il s’agira déjà de voir si les valeurs boursières seront encore négatives à ce moment là. Une analyse de chaque contrat est conseillée déjà maintenant afin de pouvoir influencer le résultat tenant compte de la durée restante, en optant pour la bonne stratégie de placement.

Ensuite, de nombreux contrats permettent de prolonger la durée contractuelle où le transfert des parts investies sans devoir réaliser la perte (dans le cas ou les valeurs boursières à ce moment seraient encore négatives par rapport à début 2020). Dans un tel cas, les fonds pourraient être transférés sur un nouveau compte de placement du client et le retrait peut avoir lieu lorsque le marché aura repris.

Quel est le ratio de solvabilité de nos partenaires

Les sociétés que nous conseillons à nos clients ont, en dépit des fortes turbulences survenues récemment sur les marchés des capitaux, une solvabilité qui reste solide. Par exemple, Swiss Life est soumise au test suisse de solvabilité (SST) rigoureusement calibré. Le 1er janvier 2020, Swiss Life tablait sur un ratio SST d’un peu plus de 200% (exercice précédent: 185%). Actuellement, le ratio SST s’élève à environ 175%, soit dans le tiers supérieur de la fourchette visée de 140% à 190%. C’est le cas naturellement de nos autres partenaires qui présentent à ce jour sans exception, une situation financière saine.